Un avocat a entre autres obligations auprès de sa cliente , les devoirs (obligations) d'information et de conseil. Me Collard a-t-il rempli ces obligations auprès de sa cliente  en l'espèce une association ?
Mais au delà de ce devoir que l'avocat aurait manqué vis-à-vis de sa cliente, la vraie question qui doit nous préoccuper est: Pourquoi cette cliente n'a t-elle pas suivi les "conseils sages et non calculés" de Me Missamou qui, par le passé et vis-à-vis de cette cliente et des résultats obtenus,  s'est toujours montré plus que disponible et généreux, pour aller répondre à l'appel de Me Collard ? Parce qu'il serait plus efficace et perspicace que Me Missamou, parce qu'il serait plus intègre que Me Missamou ? Ou alors Claude Ribbe aurait-il fait miroiter des choses auprès des responsables du M.N.H et imposer Me Collard auprès de celui-ci en prévision de son ascension à la mairie de Sarcelles ? Tant de questions qui trouveraient un jour réponse juste et appropriée ?

En prolongeant la réflexion,  il est légitime de se poser la question sur les réelles motivations des responsables des associations noires et autres "représentants". Servent-ils réellement la cause pour laquelle, celles-ci voient le jour ou alors d'autres projets plus mirobolants viennent hélas occulter la lutte en transformant ces associations en écrans derrière lesquels se trament des calculs en tous genres ?
Cette mésaventure est un classique chez les "noirs" et devraient nous interpeler tous quant à qui nous sommes et comment nous nous percevons. Pourquoi ne nous faisons-nous pas confiance mutuellement ? Faut-il mettre cette méfiance sur le seul dos de l'aliénation ?

Au vu des informations du dossier, Me Collard a manqué a deux, parmi ses obligations vis-à-vis de sa cliente et à ce jour le M.N.H a été condamné à payer 1 euro symbolique (mais victoire néanmoins)à Pétré de Grenouilleau, 4000 euros pour frais de parution, 2500 euros frais irrépétibles plus d'autres frais d'huissier. Car chose curieuse, le jugement a été rendu à la cliente par le ministère d'un huissier.

Dans l'obligation d'information, on peut par exemple remarquer que les différentes étapes de la procédures n'ont jamais été communiquées à la cliente, telles que par exemple:

  • Introduction de l'action
  • Evolution de l'instance [Les audiences de mises en états]
  • Dates des audiences
  • Non communication de la copie d'assignation
  • Non communication des conclusions
  • Non communication du rendu du jugement

Dans l'obligation de conseil, la cliente n'aurait pas été conseillée de sa chance de réussite de l'action intentée au vu de la jurisprudence dominante et de sa mise en action dans le civil dans l'affaire qui opposait le M.N.H au sieur Pétré de Grenouilleau.

Le M.N.H est quand même une des rares associations avec des résultats probants sur la lutte contre les exactions que connaissent les noirs dans ce pays, résultats obtenus par la perspicacité et l'abnégation de Me Missamou et cela est rarement souligné. Pourquoi le M.N.H s'est donc permis de "désavouer" ce fidèle serviteur pour aller se livrer dans/à Me Collard ?  Est-ce parce que ses dirigeants ont le ventre plus grand que l'esprit ? Tout ceci ne nous rend pas forts face à l'adversité d'en face et à leur capacité à s'organiser pour nous déstabiliser.

Voir  publication de la condamnation ici

Halte à la Manipulation: Un billet très instructif de MBOA dont l'esprit libre est toujours un plaisir à lire.