La décontraction déconcertante, de mauvais gôut que les inculpés français affichent face aux caméras de télévision, laissent les familles des 103 enfants tchadiens et tous les africains pantois et dubitatif.
Eric Bréteau et ses acolytes n'ont de cesse de narguer l'opinion africaine par leur attitude méprisante, attitude soutenue par la classe politique et la population française blanche. Il faut rappeler que pour le français de souche, il lui est toujours inconcevable de voir que leurs compatriotes soient jugés en Afrique alors qu'ils allaient sauver des vies.

La rapidité du procès et les déclarations tous azimuts du côté français, montrent que nous assistons à un ersatz de procès, histoire de calmer les "excités" africains comme s'est permis de souligner un avocat français au Tchad. Dans la capitale tchadienne, la rumeur fait son chemin, les français passeront les fêtes de fin d'années chez eux auprès des leurs. Une rumeur qui ne se comprend pas auprès de la population. Mahamat X , cette dame d'une quanrantaine d'années, nous demandant quel est donc le bien fondé de ce procès dont l'issue est connue d'avance ? "Déby a acheté sa place en vendant la dignité des tchadiens" affirme t-elle.

Mais il faut le dire, si les français sont renvoyés chez eux au mépris de la dignité des enfants et de leurs familles qui subissent de graves traumatismes sur ce rapt manqué et les accusations infondées sur les civils, alors, il faut compter avec une forte réaction qui dépassera ce qui s'est passé en Côte d'ivoire, comme le confiait un jeune tchadien qui scande "la France ne s'en sortira pas comme cela. Déby ira avec les français en France".